Chères toutes et Chers Tous,

Presque 30 ans que j’exerce un métier qui, lorsque j’ai commencé, n’existait pas vraiment et qui d’ailleurs, n’est toujours pas reconnu à ce jour : la Lithothérapie. Oh ! bien sûr, en soit, cette activité n’est pas récente, loin de là ; le travail avec les pierres a toujours existé. Il suffit de se pencher un peu sur l’histoire : d’abord une transmission orale, notamment chez les chinois, les incas, les égyptiens, les celtes les amérindiens (pour ne citer qu’eux) puis une transmission écrite, relativement récente en Europe : au Moyen-âge, avec Hildegarde von Bingen puis René Just Haüy (là aussi pour ne citer que les plus connus…) premier professeur français à publier sa théorie sur les cristaux en France (1784). Mais une activité n’est pas une profession et encore moins une profession reconnue… Aujourd’hui, il suffit d’aller sur le « net » comme on dit et de taper « lithothérapie »et faire quelques recherches et c’est la boîte de Pandore. Quoique cette expression a aujourd’hui une connotation négative, alors qu’à l’origine, la boîte de Pandore est associée à la première femme dans la mythologie grecque aussi nommée « le premier malheur des hommes », importé par les dieux pour punir les hommes après que Prométhée leur a fait gagner le feu, appelée aussi Anésidora : « celle qui fait sortir des présents de la profondeur ». Pas terribles les présents au début, sauf le dernier… l’espoir ! Autrement dit, la déesse de la terre qui préside à la fécondité.

Pour moi, ce mythe est le reflet de la véritable fonction thérapeutique de la lithothérapie.

Comme Anésidora, le lithothérapeute va faire sortir et remonter de manière concrète et réelle tout ce qui ne va pas dans la vie de la personne, ce qui bloque, ce qui l’empêche d’avancer ainsi elle va renouer avec l’espoir et son potentiel positif et créatif et donc, l’envie de vivre par la fluidité de l’énergie retrouvée. Cela lui donne la force d’ensemencer et de féconder sa vie sur terre en trouvant le bonheur ici-bas.

Voilà ce qui m’anime et me motive depuis toujours.

J’ai  donc ouvert, site,  Facebook professionnelle et  blog afin de continuer à partager mon expérience vécue et ma pratique puisque je l’exerce en cabinet en tant que professionnelle déclarée. Le monde minéral vous appelle, pour accompagner les personnes, alors il vous faudra vous armer de courage, de patience et d’expérience afin de vous former parce qu’à ce jour, il n’existe toujours pas de cursus de formation généralisée ou d’écoles , seulement des personnes qui transmettent leur savoir et leur expérience personnelle tout comme moi mais  vous pouvez bénéficier de cette aide et gagner, peut être, un peu de temps…Ces personnes sérieuses, pas si nombreuses que cela,  vous guideront dans vos premiers pas et j’espère sincèrement en faire partie.

Le travail avec les pierres que ce soit à titre individuel ou thérapeutique s’appuie sur le bon sens et une étude sérieuse du règne minéral où la magie n’y a absolument aucune place !

Les cristaux sont des outils merveilleux, ils méritent toute notre attention et notre amour.

Aucun thérapeute et aucun cristal ou minéral ne peuvent « guérir » sans votre participation active. Il est capital de comprendre que le travail avec les pierres s’inscrit dans une démarche volontaire personnelle. Cristaux, minéraux et thérapeute agissent comme des catalyseurs activant le processus. Ils vous mettent en condition de recevoir les bienfaits qui vous sont destinés, déjà déposés au fond de vous-même. Autrement dit : vous trouvez les forces qui vous conduisent à votre propre guérison.

Le travail en lithothérapie s’installe en cycle de 21 jours et les réactions durant ce cycle s’opèrent à peu près tous les 3 ou 4 jours, selon les personnes.

J’attire particulièrement votre attention sur le fait que :

Les réactions peuvent être nombreuses, vécues comme positives ou négatives, mais plus vous cheminez et plus les résistances et les encombrements cèdent la place à la fluidité de l’énergie et donc à plus de mieux être. Il faut savoir être patient.

D’autre part, comme le disent les Maîtres de Lumière :

« Beaucoup de malade ne veulent pas guérir, aiment leur maladie qui leur donne une identité et apitoie leur entourage. Certains n’ont pas le courage de vivre à plein régime…. » C’est pourquoi, aujourd’hui lorsqu’une personne prend rendez-vous, je lui pose la question que les Maîtres de Lumière nous ont conseillée de poser : « Est-ce que tu te donnes la permission de guérir ? » et si la réponse est un oui franc et massif tout espoir est permis, sinon et pour cela, en tant que Lithothérapeute, je ne pourrais rien faire… Mon but personnel est de vous aider à atteindre l’énergie du Cœur, la reconnaître, l’expérimenter, trouver ainsi votre plénitude et en finalité, vous aidez à naître définitivement à la matière.   Puisse les articles qui suivront de mois en mois vous aider sur votre chemin.

Catherine Merle

En post-scriptum voici un article auquel j’adhère profondément

GEMMOLOGIE et LITHOTHERAPIE : « 2 soeurs ennemies ? »

Site Gemmavie.com posté le 27 août 2014

Tout d’abord, qu’est ce qui se cache derrière ces termes ?

La gemmologie vient des mots latins « gemma » qui veut dire bourgeon et dans son sens figuré pierre et « logos » qui veut dire science, étude.

La gemmologie, c’est donc la science des pierres ou plutôt l’étude scientifique des pierres. De tout temps, les hommes ont étudié les pierres et les ont utilisées en tant que parures de beauté. On en retrouve des traces dans les rites funéraires de l’Égypte ancienne ou en Amérique du Sud chez les Incas, Mayas, Aztèques… ou encore géographiquement plus prés de nous chez les peuples Gaulois ou Vikings. En effet, ont été découverts dans des sites archéologiques toutes sortes de bijoux ornés de pierres fines plus ou moins taillées. Donc déjà à cette époque la notion de dureté avait été appréhendée.

Ce n’est toutefois que beaucoup plus tard au 18ème siècle, en 1788 avec René Just Haüy, que la gemmologie a pris ses quartiers de noblesse avec les différentes découvertes : cristallographie, propriété de la lumière, chimie organique, etc. ainsi que toutes celles qui vont suivre et qui continuent d’être découvertes chaque jour. Le terme « gemmologie », dans son sens actuel, n’a vu le jour qu’au début du 20ème siècle.

Avec ses nouvelles technologies, l’étude des pierres a pris son essor et de ce fait, le ménage a dû être fait dans les appellations. C’est ainsi que l’on a découvert que la plupart des rubis qui se trouvent sur les bijoux des têtes couronnées étaient en fait des spinelles ; pierres chimiquement très proche, mais n’ayant pas du tout le même système cristallin. Ou encore que ce qui était dénommé « émeraude du Pérou » était en fait du diopside et que la fameuse « turquoise de Lima » n’est autre que de la chrysocolle.

Tout ce qui est rouge n’est donc pas du rubis et tout ce qui est vert n’est pas de l’émeraude. Ce fut une avancée majeure dans l’étude des pierres et dans la gemmologie.

Et La Lithothérapie dans tout ça ?

Le terme lithothérapie vient du grec « lithos » pierre et « thérapia » soin ou cure. C’est donc le soin par les pierres. Se contenter de ça, est autant réducteur que dire que la pénicilline guérit de la malaria.

La lithothérapie, en bonne médecine, fait appel à différentes sciences telles que l’anatomie, la chimie organique, mais également la minéralogie, la cristallographie, l’origine de la couleur dans les pierres, l’interaction entre les éléments chimique composant les pierres et ceux de notre organisme par le biais des oligoéléments comme dans l’oligothérapie. Mais la lithothérapie fait également appel à des sciences répondant à l’intuition comme la radiesthésie, la psychologie, la colorimétrie, le mouvement des différentes énergies, le magnétisme,… et par-dessus tout le bon sens.

Toutes ces sciences, dans le sens premier du terme, soit « savoir » sont connues et reconnues, mais certaines dites « sciences nobles » sont quantifiables et démontrables alors que d’autres n’étant ni quantifiables ni démontrables sont déclassées et ont ainsi projeté la lithothérapie dans le monde occulte et ésotérique, cataloguant ainsi la lithothérapie de pseudo-science.

Étymologiquement, occulte veut dire « ce qui est caché et secret » et ésotérique veut dire « ce qui est réservé aux adeptes ». Toutes les Sciences peuvent alors avoir ce label « occulte et ésotérique ».

De tout temps, les hommes ont cherché à se soigner par ce qui les entourait, à savoir les plantes et les minéraux. On trouve des traces dès l’Egypte ancienne de soin par les pierres, de collyre fait à base de chrysocolle par exemple, ou encore un autre minéral qui a été utilisé depuis la plus haute antiquité comme l’argile. Ses vertus sont connues depuis longtemps, à tel point que même les animaux sauvage vont se rouler dans la boue pour se soigner quand ils sont blessés.

Les vertus des pierres sont connues depuis la Haute Antiquité et ont été transcrites au Moyen-Age par Hildegarde de Bingen, laquelle a été récemment nommée Docteur de l’Eglise car ses connaissances et enseignements avaient une résonance pour les hommes de notre temps. Elle a, dans ses écrits, retranscrit la somme des connaissances de son époque. Ses écrits ont été un peu oubliés, mais ressortent maintenant. On peut alors se rendre compte que même si les explications ne sont pas toujours très précises et compréhensibles, Hildegarde fait néanmoins allusion et référence à la cristallisation et aux oligoéléments. Pour mémoire, le principe de cristallisation n’a été expliqué et rationalisé qu’au 18ème siècle alors qu’Hildegarde vivait au 12ème siècle.

La lithothérapie est donc une science au moins aussi ancienne que la gemmologie, même si elle n’a pris sa forme actuelle que très tardivement à la fin du 20ème siècle. Pour son malheur, elle compte encore dans son sein trop de charlatans dont le fond de commerce est basé sur l’empirisme, la crédulité du monde et la jeunesse de cette science, quand bien même elle repose sur des sciences ancestrales orientales comme la Médecine traditionnelle chinoise ou la médecine ayurvédique nous venant d’Inde, entre autres.

Il est donc grand temps de rapprocher la lithothérapie de la gemmologie et des autres sciences quantifiables et démontrées.